Projet: Iterations

Iterations #5 : Operating / Exploitation

’Iterations #5 : Operating / Exploitation’ est une oeuvre collective avec des contributions de Mia Melvaer, Maxime Stifinner, Zoumana Meïté, Norbert Math, Iris Torruella Segura, Yoan Robin, Rosa Llop, Geraldine Juarez, Martin Rumori, Luis Rodil-Fernández.

Exposition : 08/11 - 24/11/2019
Mardi -> Samedit : 10:00 -> 18:00

Vernissage 07/11 : 18:00

Itérations conférences et performance : 07/11 : 14:00 - 18:00

Un système d’exploitation d’ordinateur fonctionne grâce àdes scripts en interaction qui négocient la collaboration, l’instrumentalisation et l’interaction entre les éléments connectés. Cette exposition utilise le système d’exploitation comme métaphore pour étudier les conditions de travail en commun. Il occupe l’espace sémantique entre les termes anglais et français : operating system et système d’exploitation. Opération / Exploitation est le résultat d’une résidence de groupe au Bozar Lab. Il s’inscrit dans le cadre d’Itérations, une enquête sur le potentiel de la collaboration artistique dans un contexte numérique.

Operating / Exploitation concerne la technologie de la collaboration. Dans ce contexte, la technologie ne doit pas être interprétée comme de la " haute technologie ", mais fait référence àtout ce qui peut être dit sur le savoir-faire, les outils, les compétences et les techniques qui sont liés àl’acte de travailler ensemble. Operating / Exploitation expérimente avec le droit d’auteur partagé. Il ne suit pas le schéma de l’auteur individuel en tant que génie isolé, mais s’enracine dans une culture en réseau. Les artistes travaillant ensemble dans Operating / Exploitation envisagent leur collaboration dans un cadre plus large : un projet commun àplusieurs organismes artistiques, qui àson tour fait partie d’un programme de financement européen. Leur collaboration porte sur les relations et les hiérarchies entre les partenaires et les organismes concernés. Quel est l’état de cette union ? Ce travail est-il un objectif communément désiré ou un mal nécessaire ? L’action vise-t-elle un but commun ?

En juin et octobre, Constant a invité plusieurs artistes àéchanger et àtravailler ensemble dans une résidence collective organisée àBozar Lab. Les artistes y ont partagé leurs pratiques àtravers des expériences, des conférences, des visites d’ateliers et des exercices communs. Ils ont continué sur le thème d’une exposition précédente réalisée par un autre groupe d’artistes àesc, medien kunst labor àGraz, Autriche. La ’Collaboration Contamination’ a été faite par le groupe qui s’est appelé ’Common ground’, et consistait en un énorme tas de terre fertile qui s’est déposé dans l’espace galerie de l’esc, àpartir duquel plusieurs éléments ont grandi : plantes, textile, sons, mouvement interactif. L’exposition a déclaré qu’aucune collaboration n’est possible sans consacrer du temps et de l’espace aux échanges mutuels et contaminants.

L’un des résultats de la résidence du Bozar Lab en juin a été la décision de travailler autour des conditions de travail en commun. Les artistes ont commencé par dresser une liste de ce que l’on peut attendre d’une collaboration. Les conflits et les frictions ont été considérés comme des notions essentielles avec lesquelles il faut travailler et ont été placés au centre de l’attention. La résidence d’octobre, qui s’est déroulée dans les deux semaines précédant l’ouverture de l’exposition, a développé cette notion dans l’installation qui est présentée ici.

Operating / Exploitation développe de nouveaux langages qui naissent de l’acte de faire ensemble, de découvrir, d’essayer, d’échouer, d’essayer ànouveau. L’anthropologue Anna Tsing nous rappelle que " la collaboration n’est possible qu’en s’engageant àsavoir que vous allez être changé dans le processus ". Les artistes se sont engagés dans un processus de changement, de l’Å“uvre, d’eux-mêmes et du monde qui les entoure. Travailler ensemble artistiquement met l’image en action. L’imaginaire collectif, c’est faire, agir en imaginant ensemble. C’est en travaillant ensemble et en nous influençant mutuellement que nous imaginerons et donnerons forme au monde de demain que nous habiterons ensemble. Si nous écrivons cette histoire ensemble et que nous voulons en faire partie, la solidarité est l’outil qu’il faut étudier, améliorer et distribuer. Nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas connaître ses technologies.


@ Bozar Lab

Rue Ravenstein straat 23, Bruxsels