Roseware

Avec ‘Roseware’, Marker réalise un vœu, celui ‘qu’il y ait ici assez de codes familiers( la photo de voyage, l’album de famille, l’animal-fétiche) pour qu’insensiblement le lecteur substitue ses images aux miennes, ses souvenirs aux miens, et que mon Immémoire ait servi de tremplin à la sienne pour son propre pélerinage dans le Temps retrouvé’.

Roseware prolonge le concept d’Immemory, celui d’une mémoire structurée par des relations entre les images et les sons.

Chris Marker + Laurence Rassel